Catégories
Informations & Actualités

Les problèmes de sommeil expliquent mieux un mauvais contrôle inhibiteur que le TDAH

17 août 2020

Selon une nouvelle étude publiée dans le journal Journal des troubles de l'attention.1

Pour étudier l'association entre le sommeil dérégulé, les performances d'inhibition et les symptômes du TDAH, les chercheurs ont étudié 73 enfants atteints de TDAH et 73 enfants sans TDAH âgés de 10,5 à 13,5 ans. Ils ont utilisé l'échelle Adolescent Sleep Wake et les rapports des parents pour mesurer les problèmes de sommeil, et la tâche d'arrêt du signal (SST) pour mesurer l'inhibition.

On a constaté que les enfants atteints de TDAH avaient plus de problèmes de sommeil déclarés par les parents; Les mesures du sommeil autodéclarées n'étaient pas significativement différentes entre les deux groupes. L'hyperactivité seule avait la plus grande probabilité d'association avec les troubles du sommeil rapportés par les parents; les symptômes d'inattention étaient liés à une somnolence excessive rapportée par les parents. L'anxiété autodéclarée était le prédicteur individuel le plus fort des problèmes de sommeil autodéclarés.

Les modèles de régression linéaire bayésienne ont montré que les problèmes de sommeil prédisaient la variation en temps réel d'une tâche d'inhibition, tandis que les symptômes du TDAH n'expliquaient pas la variance une fois que les problèmes de sommeil étaient pris en compte. Les problèmes de sommeil totaux expliquent à eux seuls jusqu'à 16% de la variance des performances d'inhibition.

L'utilisation de mesures subjectives du sommeil a limité cette étude, bien que l'on puisse en dire autant de la majorité des études du sommeil sur des personnes atteintes de TDAH en raison de la difficulté à obtenir des mesures objectives. Ces résultats rappellent l'importance d'évaluer le sommeil chez les enfants présentant des manifestations de TDAH et de développer des interventions pour cibler les problèmes de sommeil. Cette étude contribue à la recherche sur le surdiagnostic du TDAH dû aux manifestations comportementales des troubles du sommeil sous-jacents.

Sources

1Mann, B., Sciberras, E., He, J., Youssef, G., Anderson, V., et Silk, T. J. (2020). Le rôle du sommeil dans la relation entre les symptômes du TDAH et les performances des tâches d'arrêt du signal. Journal des troubles de l'attention. https://doi.org/10.1177/1087054720943290

Mis à jour le 17 août 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *