Catégories
Informations & Actualités

Le fondateur du projet Okra parle de nourrir les personnes trans noires

Il est impossible de déclarer que la vie des Noirs compte sans réitérer le fait que les vies des trans noirs comptent. Alors qu'une grande partie de la conversation publique sur la violence policière a tendance à surestimer les hommes noirs cisgenres, la libération des Noirs n'est possible que si tout Les vies noires sont valorisées et protégées. Plus précisément, notre société doit tenir compte de la façon dont la transphobie et la violence sanctionnée par l'État – aux mains des policiers et des civils – continuent de nuire aux personnes transgenres noires et aux personnes non conformes au genre.

En 2020 seulement, il y a eu au moins 16 cas de meurtre d'une personne transgenre ou non conforme au genre aux États-Unis, avec des femmes trans noires portant le poids de ces cas, selon la Human Rights Campaign. Il convient de noter que le nombre réel est probablement plus élevé, car bon nombre de ces décès sont mal déclarés et non déclarés. D'autres fois, des personnes trans et non conformes survivent à ces attaques violentes, comme ce fut le cas pour Iyanna Dior, une femme trans noire de 21 ans qui, début juin, a partagé qu'elle pensait qu'elle allait mourir lorsqu'un groupe de des gens l'ont attaquée une semaine auparavant. Bien que ces attaques puissent laisser un traumatisme physique et mental durable, la société dominante ignore ou oublie trop facilement ces crimes.

À l'heure actuelle, d'innombrables personnes dans le monde sont activées – prêtes à faire pression pour la protection des vies des trans noirs – et c'est une bonne chose. Mais ce combat n'a pas commencé en 2020. Il est impératif de reconnaître et de soutenir les organisateurs trans et les organisations dirigées par des trans qui ont constamment œuvré pour le changement.

Ci-dessous, SELF s'est entretenu avec Ianne Fields Stewart, une actrice transéminine non binaire queer et fondatrice de The Okra Project, une organisation qui fournit des repas préparés par des chefs trans noirs à des personnes trans noires en situation d'insécurité alimentaire. En s'associant à différents chefs, The Okra Project a été en mesure d'offrir des expériences de cuisine à domicile aux personnes trans noires de New York et de Philadelphie. Étant donné que la prestation de services à domicile pendant la nouvelle pandémie de coronavirus est devenue de plus en plus difficile, le projet Okra se concentre désormais principalement sur la distribution de fonds aux personnes trans noires pendant cette période. Cependant, la nourriture reste une mission essentielle. «Grandir dans les profondeurs du Sud m'a appris la valeur de ralentir les choses, de donner la priorité à la communauté, de donner la priorité à la famille choisie et de s'asseoir autour de la table ensemble et de manger», explique Stewart SELF. «Cela m'a appris la valeur qui vient quand quelqu'un vous choisit et cuisine pour vous.»

Ci-dessous, Stewart parle à SELF de la création du projet Okra, de la façon dont son parcours reflète les expériences vécues des personnes trans noires et leur vision à long terme pour l'organisation.

SOI: Je ne peux qu'imaginer à quel point il est stressant de prendre soin de vos besoins tout en dirigeant le projet Okra tout au long de cette transition. Cela me fait me demander comment vous pratiquez les soins personnels à un moment comme celui-ci?

Stewart: Oh, je me le demande aussi. [des rires] J'ai mon propre thérapeute, ce qui est assez important pour mes soins personnels. Et puis le reste essaie d'établir des limites autour de quand je travaille et quand je ne le ferai pas.

SELF: Pouvez-vous me ramener au moment où vous avez décidé de lancer The Okra Project?

Stewart: Absolument. C'était en décembre 2018, et j'étais assis sur un canapé lors d'une réunion d'organisation virtuelle avec mon amie Nyla Sampson, qui a créé le Black Trans Solidarity Fund, un groupe de réparations dédié à transférer les fonds du courant principal entre les mains des personnes trans noires. L'idée m'est juste venue à l'esprit. Je cherchais quelque chose à faire pour les vacances car j'ai le privilège de rentrer chez moi dans une famille qui m'aime et me soutient. Donc je pensais, Ne serait-il pas agréable de créer quelque chose qui nous aiderait à traverser une période qui peut être difficile pour tant de gens? J'ai proposé l'idée à Nyla un dimanche. Lundi, nous avons eu une réunion avec notre premier chef, Meliq August de Zaddy’s Kitchen. Mercredi, nous avons rendu public le projet et vendredi, nous avions amassé 6 000 $.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *